Clubs

« Party Motoneige » à l’auberge du Cabanon à Saint-Zénon

Publié le 20 mars 2019 - François Cominardi, photos Krystel Fisette

Eh oui, c’était déjà la troisième édition du Party Motoneige de fin de saison à l’auberge du Cabanon à Saint-Zénon ! Le soleil et la bonne température étaient au rendez-vous avec un délicieux zéro degré qui contrastait avec les - 30 degrés frigorifiant des précédentes éditions.

Le succès était aussi de la partie, les motoneigistes s’étaient massés à la réputée auberge, dans Lanaudière, pour fêter la fin de la saison à l’appel du Club Royaume de la motoneige.

Combien étaient-ils ? Le chiffre de 2000 de l’année dernière a été dépassé. Personne n’a vraiment compté, et l’entrée étant gratuite, il n’y a pas de chiffre officiel. Mais il y a des signes qui ne trompent pas. Le Club avait apporté plus de nourriture (hot dogs, grillades, bonbons) et tout a été dévoré !

C’est en effet le Club Royaume de la motoneige qui organisait le party pour financer ses activités et l’entretien des pistes. Et « batège » que c’est important ici avec toutes les ramifications qui permettent de s’évader à l’ouest dans les Hautes-Laurentides ou à l’est en Mauricie !

Venir au party, c’est prendre une grande claque dans la figure, une claque d’espoir pour redécouvrir les valeurs de base de la motoneige. L’hiver c’est fait pour jouer ! Un habit de motoneige, des bons vêtements et on entre dans une autre dimension, celle de véhicules à chenilles, stationnés par centaines, qui rappellent l’importance touristique de la motoneige. Les gens sont joyeux, ils retrouvent les amis, certains fidèles depuis des dizaines d’années. Ils échangent sur leurs périples, leur nouvelle machine. La foule est de tous les âges. Il y a de jeunes adeptes, des femmes qui mettent en valeur les fameuses combinaisons « one-piece » maintenant à la mode. Et les enfants sont là aussi. La motoneige c’est familial !

Et il y a tout pour donner la piqure aux jeunes. Grégoire Sport a amené des Yamaha Snoscoot et les Arctic Cat ZR 200, ainsi que les casques et vêtements. Les jeunes ont le droit de faire un essai sur le petit circuit. Sans expérience, ils commencent avec le papa à l’arrière de la selle, ou avec Stéphanie, de Grégoire, et ils apprennent à accélérer, tourner, freiner. Une fois les rudiments appris, ils volent de leurs propres ailes pour un ou deux tours merveilleux. C’est mieux que les manèges de la Ronde !

Les adultes ne sont pas oubliés. Ils ont droit à leurs essais également. Ils peuvent même aller faire un bon tour dans le sentier. Quatre concessionnaires réputés sont là avec les quatre marques majeures de l’industrie. Les motoneiges Géro ont amené du Ski-Doo, Moto Ducharme a sorti les Polaris tandis que Grégoire Sport proposait ses Yamaha et Arctic Cat.  Avec les 12 centimètres de neige reçus juste avant le party, c’était idéal pour les essais.

Ceux qui ont apprécié aussi, c’étaient les concurrents des courses d’accélération. Attention ! Avec une organisation au top grâce à l’association Légèrement Crinqués qui apporte tout le matériel et la logistique : Les lumières pour le départ, le règlement, les officiels. Sylvain Bourgeois et son équipe se déplacent partout pour organiser ces compétitions amicales qui ont beaucoup de succès auprès des motoneigistes. Les pros se réunissent là pour se défier et s’entrainer. On peut voir des fusées préparées juste pour ça. Le compétiteur le plus âgé avait 81 ans, ancien pilote professionnel. À côté de ces pros, certains motoneigistes de sentier ou d’antiques en profitaient pour prendre une giclée d’adrénaline en poussant leur moteur dans les hauts régimes. Une bonne façon de savoir ce que leur bolide avait dans le ventre, dans un endroit sécuritaire et prévu à cet effet.

On y retrouva aussi des motoneiges antiques, là pour se faire admirer et ramener des souvenirs du passé, de l’enfance. Il y avait même de fameuses autoneiges Bombardier, encore une invention à mettre au compte de Joseph-Armand, le créateur de Valcourt.

L’année dernière on avait pu admirer l’hélicoptère Air Médic, si utile pour les motoneigistes en difficulté, mais il ne faisait pas de baptême de l’air. Alors cette année, il était possible de s’envoyer en l’air en hélicoptère, grâce à la société Helicraft.

Une question me montait à la tête. Comment fait-on venir plus de 2000 personnes dans un village de 1250 habitants, en plein hiver ? Je demandais à Krystel Fisette qui s’occupe de la communication pour cet événement. « Naturellement, il y a les médias sociaux qui aident à toucher les communautés. Mais nous utilisons aussi les médias traditionnels. Comme c’est organisé par le Club Royaume de la Motoneige, nous pouvons mettre des panneaux publicitaires aux abords des sentiers du club. Nous affichons des posters dans les commerces locaux, entre Saint-Jean-de-Matha, Saint-Zénon et Saint-Michel des Saints. Et nous organisons des concours Facebook pour gagner des lots, qui vont des cartes cadeaux aux nuitées offertes dans différentes pourvoiries. Plusieurs auberges relaient l’info, Domaine Bazinet, Auberge du Vieux Moulin, Relais Altaï, Relais Koubek, Camp Taureau. Même si c’est au Cabanon. Car il y a une bonne dynamique entre toutes. Il y a du travail pour tout le monde quand autant de personnes se déplacent dans Lanaudière et alentours. Au bout de trois ans, on a créé une tradition : Terminer la saison au Cabanon. ».

Le secret, c’est peut-être que les participants en ont pour leur argent. L’argent qu’ils redonnent généreusement pour le fonctionnement du club. Krystel nous en dit plus : « L’entrée est gratuite, c’est vraiment un « plus » pour tous. La bouffe est à des prix raisonnables, par exemple 1 $ le hot dog. Notre commanditaire Fix-Auto de St-Jérôme nous a fourni de la nourriture, donc c’était tout bénéfice pour nous. Plusieurs autres commanditaires étaient de la partie aussi, pour ne pas tous les nommer. Le tirage moitié/moitié a remporté 900 $ au club. Et nous avons de nombreux commanditaires qui nous ont donné des cadeaux pour promouvoir l’événement. Il y avait également des exposants qui ont pu promouvoir leurs produits à notre très nombreuse assistance ».

La journée ne finissait pas à 17 h, il y avait un repas et une soirée au Cabanon. Avec 58 chambres, l’auberge pouvait accueillir quelques fêtards qui en profitaient pour prolonger la fin de semaine.  

Cette troisième édition est un franc succès. Il y avait tout pour une journée réussie : un DJ pour l’ambiance et pour taper des pieds, un bon feu pour les frileux, de la bonne nourriture pour les affamés, une piste d’essais, une piste de « drag », des tours d’hélicoptères enlevant et une station d’essence pour le ravitaillement des motoneiges. Il semble que le président Jean Kochenburger et toute son équipe ont trouvé la recette gagnante pour réunir des milliers de motoneigistes avec famille et amis, en mars, dans une ville dont le nom commence par un Z. Déjà une quatrième édition est programmée pour 2021. Ne manquez pas ça !

Ces articles pourraient vous intéresser