Banc d'essai

Skis XPTPar C&A Pro

Publié le 15 décembre 2019 - Michel Garneau

Les skis d’origine fournis de série sur nos motoneiges modernes sont à des années-lumière des unités en acier que nous retrouvions sur nos motoneiges il y a 25 ans. Aujourd’hui, nous avons droit à des skis fabriqués en plastique qui sont à la fois légers, résistants et performants et qui, de surcroît, sont offerts en diverses versions adaptées à une variété d’applications. Toutefois, inévitablement, il y a des adeptes qui demeurent à la recherche de designs plus spécialisés qui répondront mieux à leurs besoins particuliers. Dans mon cas, je privilégie beaucoup la précision de conduite et c’est ce qui m’a guidé, au fil des ans, vers les skis fabriqués par C&A Pro, ceux-ci étant justement reconnus pour leur contribution à une conduite neutre et contrôlée. Il y a deux ans maintenant, C&A Pro lança son nouveau ski XPT (pour Xtreme Performance Trail ou performance extrême en sentier), un ski conçu pour l’amateur de conduite sportive qui veut une meilleure adhérence qu’avec les skis de série, mais sans devoir composer avec une hausse trop importante de l’effort de direction. Ayant passé les trois dernières années à rouler avec le modèle XCS de C&A (soit un ski plus large à désignation hybride et possédant une quille plus agressive), j’étais prêt à passer aux XPT. Tel que noté dans notre chronique Banc d’essai du numéro de décembre 2017 (vol. 43, no 3), la direction était plutôt lourde sur ces derniers, mais ce que je cherchais plutôt à corriger était leur tendance à créer une instabilité (parfois alarmante) dans la neige poudreuse ou encore en roulant dans des conditions de neige croûtée. En examinant la fiche technique des nouveaux XPT, j’ai raisonné que leur quille moins dynamique viendrait à bout de cet inconvénient. Ainsi, le sort en était jeté.

Là où l’installation des XCS m’avait causé des ennuis, les XPT se sont laissés embarquer sur la motoneige (une Arctic
Cat ZR 8000 RR 2019) sans le moindre drame, à mon grand soulagement. J’ai noté que les semelles en caoutchouc situées entre le ski et le bras de pivot faisaient leur travail en soulevant légèrement le devant du ski. Disons que la relation était partie du bon pied.

En sentier, après une série d’ajustements aux suspensions visant à en extraire le meilleur rendement, j’ai découvert un ski qui améliore la précision de la conduite de façon perceptible comparativement aux skis de série. Il est important de noter que les XPT étaient munis de lisses Shaper Bar avec carbure de 15,24 cm (6 po), ce qui a certainement contribué également à cette transformation.

Puisque ses lisses étaient les mêmes que sur mes XCS, la comparaison est devenue plus simple et directe entre les deux modèles C&A. Là où les XCS exigeaient un effort important pour initier un virage, la force requise avec les XPT était perceptiblement moins importante, faisant de ce dernier un meilleur ski pour la conduite détendue ou les longues journées en selle. Une autre caractéristique que je tenais expressément à évaluer était leur comportement en neige démêlée ou croûtée, ce qui, au bout du compte, ferait l’objet de ma critique principale des XCS. En effet, évoluant dans ces mêmes conditions avec les XPT, la tendance à faire valser le guidon était nettement moins prononcée que sur la version hybride, ce qui les rendait beaucoup moins intimidants. Malgré cela, une certaine instabilité demeurait présente, toutefois, mais elle était nettement plus facile à gérer. Du côté de l’utilisation de la marche arrière, la portion arrière soulevée a fonctionné tel que promis, le ski ne cherchant pas à s’enliser dans la neige lors de notre essai. Toutefois, il importe de noter que nous ne l’avons pas testé dans la neige sans fond des Chic-Chocs, par exemple.

Par contre, tout n’était pas parfait. Rappelons qu’une des forces principales des XCS était leur précision, le sous-virage n’étant pas du tout une inquiétude et ce, peu importe les conditions de sentier. Quant aux XPT, ils n’étaient pas aussi sûrs ou prévisibles. Dans les faits, un léger sous-virage s’introduisait en conduite dynamique ou lorsque le fond de sentier devenait plus mou. C’est l’échange historique entre effort et précision qui revenait sur le tapis; il est pratiquement impossible de déjouer la physique et les skis XPT me ramenèrent sur terre sur ce point. Alors, le ski XPT par C&A est-il pour vous ? Si vous cherchez un ski qui haussera la précision du train avant de votre motoneige sans vous forcer à voir votre chiro sur une base quotidienne, le XPT frappe dans le mille. Il s’est s’avéré performant et sportif, mais pas orienté performance à tout coup, soit au point de nuire à votre agrément lors de longues randonnées. Enfin, comme tous les skis C&A, le XPT est ultra-robuste et résistant; ainsi, vous pourrez en profiter pour les années à venir. Les skis XPT sont distribués par Kimpex et offerts en sept couleurs.

 

Des kits de montage offerts pour toutes les marques vous permettront d'adapter facilement vos XPT à vos prochaines motoneiges.

Ces articles pourraient vous intéresser