Destinations

Tournée à sacoches » en Outaouais Escapade de 3 jours dans l’ouest du Québec

Publié le 1 septembre 2020 - Craig Nicholson, Le motoneigiste intrépide

C’est difficile de choisir un secteur préféré parmi les plus de 2200 km de sentiers de motoneige d’une région. Par contre, les 100 km parcourus en direction nord sur le sentier régional 332 entre les sentiers Trans-Québec 13 et 63 ont été remarquables, d’autant plus que l’Outaouais nous a offert tant de sentiers excitants!

Choix intéressants

Située dans l’Ouest du Québec, la région de l’Outaouais offre deux expériences bien distinctes de « tournées à sacoches » pour les passionnés de motoneige. L’une est un trajet d’une distance d’environ 500 km dans la zone moins peuplée à l’ouest. Cette boucle couvre une énorme bande de territoire sur les sentiers nos. 63, 386, 43, 311 et 13. La seconde option se trouve dans la zone la plus peuplée soit, dans la partie est de la région.

Parcourant les collines et vallées de la Gatineau, les sentiers de l’Est s’étendent de la rivière des Outaouais jusqu’au Nord, tout près du réservoir du Lac Baskatong.  Véritable terrain de jeux des résidents de Gatineau et Ottawa, cette zone accessible donne également d’excellentes possibilités de randonnées journalières aux motoneigistes locaux. Cela la rend également idéale pour une longue escapade d’une fin de semaine; c’est pourquoi nous avons choisi cette partie de l’Outaouais avec ses multiples sentiers, ses villages sympathiques et ses bons services. De plus, si vous devez remorquer, c’est un trajet facilement accessible depuis la région de Montréal. À motoneige, l’accès aux sentiers se fait en proximité de Gatineau ou en accédant la région en empruntant le Trans-Québec no 43 au sud ou plus au nord par le sentier TQ 63.

Pour ceux qui souhaitent inclure l’Outaouais dans un circuit plus long, ces deux options relient également les régions de l’Abitibi-Témiscamingue au nord-ouest et des Laurentides, plus à l’est.  En fait, il y a plusieurs années, j’ai organisé ma propre boucle d’une semaine comprenant 1800 km en direction nord de Montpellier en Outaouais.  De ce fait, vous pouvez combiner les régions de l’est et de l’ouest et faire une exploration de plusieurs jours pour couvrir toute la région de l’Outaouais.

Planifier le trajet

Mon intention pour cette visite était de me concentrer sur ce que cette partie à l’est a à offrir aux motoneigistes. Comme beaucoup d’adeptes, nous avions une plage de temps limitée pour l’excursion. De plus, nous voulions seulement parcourir des distances modérées avec une moyenne quotidienne d’environ 225 km. Pour ce faire, nous avons sélectionné nos hébergements parmi les nombreuses annonces sur la carte des sentiers de l’Outaouais, puis planifié notre itinéraire à l’aide de la carte interactive des sentiers de la FCMQ. Le résultat de notre recherche a été un itinéraire comprenant des nuitées conviviales à La Pointe à David (Grand Remous), à l’Auberge Couleurs de France (Duhamel) et à l’Auberge du Draveur (Maniwaki).

Selon vos préférences, n’importe lequel de ces hébergements exceptionnels pourrait bien servir d’hôtel d’étape pour cette boucle de trois jours dans la région de l’Outaouais. Cependant, nous avons choisi de commencer et terminer notre ballade à La Pointe à David. Franchement, nous voulions partir de l’endroit le plus au nord afin d’éviter d’avoir à modifier l’itinéraire dû aux conditions de fin de saison souvent incertaines (avec nos hivers plus variables) surtout, aux abords de la rivière des Outaouais.  En outre, j’ai été intrigué par le positionnement de cette auberge sur la pointe d’une étroite péninsule s’engageant loin dans le réservoir. De ce fait, il serait même intéressant d’explorer le tout en Sea-Doo, en période estivale.

Notre itinéraire et plus d’options

Alors, à quoi ressemblait notre tournée à sacoches? Le premier jour, nous avons parcouru 223 kilomètres : du Lac Baskatong, à la région de Duhamel. Il y avait plusieurs sentiers alternatifs légèrement plus longs pour donner la possibilité, en cours de route, d’augmenter la distance totale. Le deuxième jour, nous nous sommes dirigés vers l’ouest depuis Duhamel, et ensuite vers le Nord jusqu’à Maniwaki pour un total de 240 km. Encore une fois, nous aurions pu ajouter une cinquantaine de kilomètres en empruntant une autre petite boucle de sentier juste à l’ouest de Kazabazua, plutôt que de faire de la motoneige directement vers Maniwaki sur le sentier Trans-Québec no 13. Enfin, avec 213 km, la 3e journée a été légèrement plus courte de Maniwaki jusqu’au Nord à Lac Baskatong. Cela nous a donné le temps de faire nos bagages et le plein d’essence pour un retour tôt le matin suivant. Une autre option pour prolonger cette journée aurait été de suivre le sentier régional 322 balisé à travers le Lac Baskatong jusqu’au belvédère de la Montagne du diable, pour un aller-retour de 75 km.

Avec plus de temps, une autre option aurait pu être de prolonger notre trajet vers l’est pour deux jours supplémentaires.  En se dirigeant vers le sud de Maniwaki, vers la rivière des Outaouais, en faisant un cercle de 400 km de plus sur les sentiers nos. 311, 43 et 308, nous aurions pu passer la première nuit à Fort-Coulonge et la deuxième à Maniwaki.

Si vous décidez d’ajouter cette boucle à votre propre trajet, il vaut la peine de visiter le pont de motoneige incroyablement long sur la rivière des Outaouais.  Il relie le Québec et l’Ontario à Portage-du-Ford, juste à l’est de Shawville, et est marqué par une boîte jaune vif sur la carte des sentiers de l’Outaouais.

Essayez l’Outaouais!

Peu importe les itinéraires que vous choisissez dans la partie est de l’Outaouais, je parie que vous aurez, tout comme nous, une superbe randonnée.  Les clubs de motoneigistes locaux maintiennent leurs sentiers en bon état et ils sont bien signalisés.

Quoi qu’il en soit, bien que la région soit parsemée de lacs, il y a étonnamment peu de traversées de glace. Les croisements de routes sont également rares. Le paysage est toujours intéressant et nous n’avons traversé qu’un seul de ces inesthétiques sites de coupe à blanc qui sont habituellement plus répandus. Donc, si vous cherchez une ballade facile sur des sentiers exceptionnels, des hébergements conviviaux et sympathiques et une cuisine délicieuse : essayez notre itinéraire en Outaouais!

Nous avons séjourné dans cette auberge familiale exploitée pour les premières nuits de notre trajet. Située au bout du chemin Baskatong, à 27 km au nord de la route 117, cette propriété au bord de l’eau près de Grand Remous, est également accessible à motoneige par un sentier local à 5 km du nord du sentier régional 322.

Offrant une vue panoramique sur le Lac Baskatong, la Pointe à David propose un forfait de motoneige uniquement sur réservation. Celui-ci comprend le déjeuner, le souper et l’hébergement dans des chambres modernes et des suites dans le pavillon principal. Le Resto-Pointe offre un menu limité mais varié de choix gastronomiques. Notre groupe a unanimement convenu qu’il s’agissait d’ailleurs du meilleur souper que nous avons eu parmi nos nombreuses randonnées de motoneige. Pas étonnant qu’il soit considéré comme un choix incontournable pour tant de motoneigistes locaux! De plus, La Pointe à David a de l’essence sur place, un dépanneur et même un point de vente SAQ – et le sentier est entretenu jusqu’à sa porte d’entrée. Ajoutez un bon service Wi-Fi, un stationnement très isolé pour camions et remorques et, la Pointe à David possède tout ce qu’un touriste motoneigiste peut souhaiter.

www.pointedavid.ca

Auberge Couleurs de France, Duhamel

Après notre deuxième jour à motoneige, nous avons passé la nuit à l’Auberge Couleurs de France, un établissement rustique mais contemporain. Située sur la rive-est du Petit Lac Preston, cette auberge isolée et discrète est directement accessible depuis le sentier Trans-Québec no 43, juste à l’est de Duhamel, où se trouve la station-service la plus proche.

L’Auberge Couleurs de France accueille une clientèle variée, dont de nombreux européens. Elle dispose d’un pavillon principal à deux niveaux au design authentique. Celui-ci possède un impressionnant plafond cathédrale et un bon service Wi-Fi.  L’intérieur comprend 12 chambres bien aménagées avec un design unique, un coin salon avec cheminée et un excellent restaurant qui propose des recettes sélectionnées parmi diverses régions de la France et du Québec.  Les déjeuners buffet quotidiens offrent un grand choix de céréales, de fruits, de pains et de fromages.

 

La confortable structure principale est entourée de chalets classiques de différentes capacités d’accueil, dont l’un offre un jacuzzi pour tous. Des installations de spa à service complet sont également disponibles. Un autre bâtiment abrite le parc de location de motoneiges de l’auberge pour les visites guidées. Les autres activités hivernales disponibles sont le traineau à chiens, le ski de fond, la raquette et le traineau.

Auberge Couleurs de France

Auberge du Draveur, Maniwaki

À la fin du troisième jour, la qualité impressionnante de nos deux premiers hébergements nous a fait nous demander si l’Auberge du Draveur pouvait être à la hauteur – et elle l’a été, sans problème.

Bien qu’elle offre une ambiance plus urbaine en raison de son emplacement de choix sur la rue Principale-Nord (route 105), à Maniwaki, l’Auberge du Draveur accueille les motoneigistes avec beaucoup d’hospitalité. Les chambres sont grandes, élégantes et accueillantes avec un bon service Wi-Fi, et il y a aussi un spa à service complet. Sur place, le Resto Pub Le Rabaska propose un menu complet d’entrées et de plats principaux très savoureux de style canadien ainsi que des spectacles musicaux les fins de semaine. Pour les lève-tôt, le déjeuner commence très tôt à 5h45, soit le plus tôt de nos 3 logements.

Leur forfait motoneige comprend une nuit d’hébergement, un souper trois services avec déjeuner, l’utilisation d’un système de sécurité pour les motoneiges ainsi que l’accès gratuit à la piscine intérieure, au jacuzzi (intérieur/extérieur), sauna et gymnase.  Si vous arrivez à motoneige, l’accès au sentier Trans-Québec no 63 est bien indiqué et le carburant est disponible juste au nord de l’hôtel sur la TQ 63 ou à quelques kilomètres au sud de la ville sur la Trans-Québec no 13. Pour ceux qui viennent en remorque, l’Auberge du Draveur offre un grand nombre de places de stationnement pour camions et remorques près de l’entrée principale.

www.aubergedraveur.qc.ca

 

Ces articles pourraient vous intéresser