Rumeurs et nouvelles

Rumeurs et nouvelles novembre 2020

Publié le 9 novembre 2020 - Michel Garneau

ARCTIC CAT

Bolides de course

N’ayant fabriqué aucune motoneige de course l’an dernier, Arctic Cat revient en force pour la saison 2020-2021 avec trois bolides, incluant un modèle pour les compétitions de hillcross, une première pour le fabricant.

6000 R SX

Basé de près sur la version 2019, le moteur de la version 2021 remplace le système d’admission par injection semi-directe utilisé par le passé avec une configuration à injection par corps de papillon. Dans les faits, il s’agit de l’incorporation d’un kit qui a été introduit et offert aux coureurs de la marque l’an dernier. Pourquoi ce changement? On nous dit que des tests effectués avec les deux configurations d’admission ont démontré que le moulin muni de ce nouveau système est plus performant, notamment à bas et à mi-régime, sans parler de plus constant.

Une autre nouveauté est un bras avant plus long dans la suspension arrière. On nous dit que ce changement, qui permet de mieux gérer le transfert dynamique, augmente l’adhérence du train avant et fournit une stabilité accrue dans les grosses bosses. Enfin, la 6000 R SX 2021 est équipée d’un nouveau garde-neige plus rigide, conformément à la nouvelle réglementation de la International Snowmobile Racing (ISR).

6000 R XC

Ce modèle ayant été présenté antérieurement lors du dévoilement de la gamme complète Arctic Cat 2021 l’automne dernier, les instances du fabricant ont depuis décidé d’apporter quelques mises à niveau à ce modèle de course cross-country :

- la suspension ARS II a cédé la place à la ARS (Arctic Race Suspension) originale;

- une chenille Ripsaw de 38,1 x 327,7 x 3,2 cm (15 x 129 x 1,25 po) remplace la Cobra de 38,1 x 348 x 3,4 cm (15 x 137 x 1,35 po) prévue initialement.

Pourquoi ces deux changements? On nous informe que de nombreuses versions de la 6000 R XC ont été testées et que celle-ci a été retenue puisque les coureurs sont plus familiers avec cette combinaison de chenille et de suspension avant, notamment en conditions de course sur glace.

Les acheteurs qui ont commandé une ZR 6000 R XC au printemps sont censés recevoir cette nouvelle version. On nous dit que le fabricant a communiqué avec chacun des acheteurs afin de valider la chose

8000 R M

Un nouveau modèle pour 2021, la 8000 R M, est largement inspiré de la M 8000 Hardcore 154 nouvelle de cette année, soit celle avec la chenille Power Claw de 38,1 x 391,1 x 6,6 cm (15 x 154 x 2,6 po) au pas de 7,3 cm (2,86 po). La R M reçoit un nouveau garde-neige et davantage de renforts sur le longeron de sa suspension arrière Alpha One.

POLARIS

Nouvelle 600R

Polaris nous annonce une mise à niveau importante de sa célèbre coursière 600R pour 2021, notamment sur le plan de la motorisation. Voici donc les grandes nouveautés :

Moteur

Le moteur a été complètement redessiné selon le fabricant, ceci afin d’accroître sa puissance et d’améliorer sa rapidité de réponse. Pour commencer, on a abandonné l’admission par carburateurs en faveur d’un système d’injection de carburant par corps de papillon. On nous dit que ce design permet un rendement plus constant du moteur.

Le design de la chambre de combustion et les configurations des lumières d’admission et d’échappement ont également été révisés de sorte à augmenter la puissance du moteur. On nous parle de gains impressionnants, soit 18 ch à mi-régime et 10 ch à la vitesse de pointe. Enfin, le vilebrequin et le volant-moteur ont été allégés pour réduire l’inertie et améliorer la vitesse de réponse du moteur.

Chenille

La nouvelle chenille à talons pleine largeur (nommée Wolverine) lancée l’an dernier n’a pas fait long feu et le fabricant revient à l’ancienne chenille Snocross (38,1 x 345,4 x 4,4 cm [15 x 136 x 1,75 po]) pour l’année modèle 2021. 

SKI-DOO

Ski-Doo

L’avenir de la technologie E-TEC?

Dans le cadre d’une évolution de sa stratégique nautique, Bombardier Produits Récréatifs (BRP) a annoncé l’arrêt de la production des moteurs de hors-bord E-TEC d’Evinrude en mai dernier. Sans grande surprise, nombreux sont ceux qui se sont demandé si ce changement de cap affecterait la motorisation au sein de la gamme des motoneiges Ski-Doo (et Lynx). Il faut savoir que c’est la filiale Evinrude qui a développé cette technologie à injection directe pour moteur à deux temps appelée E-TEC.

Questionnés à ce sujet, les instances du fabricant nous ont informé que l’avenir de la technologie E-TEC est assuré et, de plus, que le fabricant s’engage à la développer davantage dans le futur. 

600 HO E-TEC, vignette : Le célèbre Rotax 600 HO E-TEC, premier moteur à injection directe de l’industrie de la motoneige, a été lancé en 2009. La technologie E-TEC, quant à elle, a été lancée quelques années plus tôt, soit en 2004, par Evinrude dans les moteurs de hors-bord.

Le turbo et la calibration des embrayages

Les systèmes de transmission à variation continue (TVC) utilisés dans nos motoneiges sont des véritables modèles de polyvalence capables de tolérer et de s’adapter à des conditions changeantes. Toutefois, ceux-ci ont tout de même leurs limites et un exemple problématique particulier est l’impact du changement d’altitude sur la puissance du moteur. Plus spécifiquement, on parle d’une perte de puissance d’environ 3 % par 305 m (1 000 pi) de gain en altitude. Si une variation de puissance de 3 % passe généralement inaperçue, on ne peut en dire autant lorsque la diminution passe à 15 %, par exemple. D’ailleurs, c’est ce qui explique que les adeptes de la motoneige en montagne ont généralement l’habitude de peaufiner la calibration de leurs embrayages en fonction de l’altitude où ils comptent circuler.

Au moment de lancer le nouveau moteur 850 E-TEC Turbo, les ingénieurs chez Ski-Doo ont souligné que l’ajout du turbocompresseur était justement prévu pour contrer cet effet néfaste de l’altitude. D’ailleurs, et comme vous avez pu le lire dans le Guide d’achat des modèles 2021 (vol. 46, no 1), BRP nous informe que le 850 E-TEC Turbo maintient sa pleine puissance (de 165 ch) jusqu’à 2 438 m (8 000 pi) d’altitude. De façon concrète, cette constance de la puissance fait en sorte que la calibration des embrayages demeure optimale sous ce seuil, éliminant ainsi le besoin d’effectuer des ajustements. Voilà une bonne nouvelle pour les propriétaires de motoneiges munies du nouveau 850 Turbo!

Photo : Freeride, vignette : Si l’avantage qui accompagne la régularisation de la puissance grâce à l’ajout du turbo est relativement minime pour les adeptes de l’est du continent, il s’agit d’un atout important pour les motoneigistes de l’ouest où l’altitude peut varier de façon significative.

YAMAHA

Yamaha

Niveaux d’inventaires

Nous nous souvenons tous sans doute du chambardement qui s’est produit du côté des activités motoneige chez Yamaha en 2019 et 2020. Rappelons qu’il s’agissait d’un redressement de ses activités en raison d’un niveau d’inventaire excessif, chose que nous avons vécu en tant que consommateurs par une réduction prononcée du nombre de modèles offerts et une rationalisation dans le réseau de concessionnaires. Vue de l’extérieur, l’introduction de la cuvée 2021, avec l’ajout de nouveaux modèles, nous porte à croire que le gros de la tâche a été complété.

Sachant qu’il ne faut pas se fier aux apparences, nous avons questionné le personnel du fabricant sur l’état des lieux lors du Snow Shoot en février dernier. On nous a répondu que les mesures mises en place ont porté fruit et que l’inventaire est redescendu à un niveau supportable. Plus précisément, on nous parle d’un niveau historiquement bas aux États-Unis, alors que l’on s’attend à ce que l’objectif du côté canadien soit réalisé cette année. On nous a également mentionné qu’on suivra dorénavant les niveaux de ventes et d’inventaires de plus près afin de ne pas répéter les erreurs du passé.  Il va de soi que l’objectif est de demeurer profitable, et ce, tant pour les concessionnaires que pour le fabricant lui-même, ce qui est maintenant le cas. Bref, mission accomplie!

La décision d’offrir une véritable montagnarde munie d’un moteur à deux temps devrait permettre au fabricant d’accroître ses ventes de façon importante dans le marché de l’ouest du continent.

Huile pour nouveaux moteurs à deux temps

L’arrivée il y a deux ans d’une nouvelle génération de moteurs à deux temps à injection semi-directe de carburant au sein de la gamme des motoneiges Yamaha a sans doute fait de nombreux heureux chez les adeptes du fabricant. Ces nouveaux moteurs, dotés de designs plus propres et à haut rendement, ont des besoins particuliers en matière de lubrification, et c’est justement pourquoi Yamaha nous propose une nouvelle huile conçue et formulée expressément pour ces moulins. Connue sous le nom « Yamalube synthétique 2T » (no de pièce YLB-2STRK-2T), elle est à base d’huiles entièrement synthétiques pour assurer une protection et une propreté accrues. De plus, sa faible viscosité facilite les démarrages par temps très froid. Elle est offerte en formats de un (1) et de quatre (4) litres chez votre concessionnaire Yamaha.

L’huile Yamalube synthétique 2T est réservée exclusivement aux moteurs à deux temps à système d'injection à deux étages (soit les Transporter 600 2020, Transporter 800 2021 et nouvelles SX Venom, SX Venom Mountain et Transporter Lite).

Ces articles pourraient vous intéresser