Rumeurs et nouvelles

Rumeurs et nouvelles Polaris

Publié le 16 février 2020 - Michel Garneau

Durabilité des amortisseurs Velocity?

Comme nos lecteurs l’ont certainement remarqué, les amortisseurs Velocity de Walker Evans, lancés dans un premier temps dans la position arrière de la suspension Pro-CC sur les Indy XC 2019, ont su nous séduire par leur superbe rendement. Plus spécifiquement, leur design novateur qui voit le réservoir déplacé de l’extrémité supérieur de l’unité à un emplacement à mi-chemin sur le corps du cylindre, offre à la fois souplesse en mi-course et résistance à l’affaissement en fin de course. Toutefois, nous devons avouer que l’on s’interroge quant à la longévité de ces amortisseurs, notamment en raison de la durabilité des bagues d’étanchéité du piston. En effet, alors que la paroi interne d’un cylindre d’amortisseur conventionnel est lisse sur toute sa superficie, celle d’un amortisseur Velocity a une lumière donnant accès au réservoir. Donc, la question se pose, à savoir si le fait de devoir passer continuellement par-dessus celle-ci aura pour effet d’abîmer la bague, notamment lorsque cette dernière est poussée contre la paroi par la pression exercée à l’intérieur de l’amortisseur, causant une perte d’efficacité et une fuite de liquide. Voilà un dossier à suivre…

Photo: Velocity, Nul ne peut dire que les amortisseurs Velocity, que l’on retrouve sur les nouvelles RMK Khaos ainsi que les Indy XC et XCR, ne font pas un travail remarquable. Il reste à voir, toutefois, si ceux-ci offriront aussi une longévité aussi impressionnante.

850 Patriot en saison?

Cela fait deux ans maintenant que le fabricant de Roseau, au Minnesota, offre son puissant moteur 850 Patriot, et ce, uniquement en commande printanière. Pourquoi donc? Comme nous l’ont si bien expliqué les instances de Polaris, le programme de commandes printanières du fabricant, appelé Snow Check, permet de configurer une motoneige personnalisée. Avouons que l’ajout d’un moteur disponible uniquement dans le cadre de ce programme est vraisemblablement la personnalisation ultime pour une motoneige, puisque ce moulin prêterait un air d’exclusivité à tous les bolides qui en seraient équipés. À l’aube de sa troisième année de production, le moteur représente un design éprouvé devenu familier chez les motoneigistes. Bref, son aura de mystère n’est plus ce qu’elle a déjà été, faisant du puissant bicylindre de 840 cc un candidat naturel pour les ventes en saison.

 

Indy XCR 136?

Maintenant que le nom XCR a migré de la famille Rush à la version courte du châssis Indy AXYS avec le lancement des nouvelles Indy XCR, pouvons-nous nous attendre à ce que l’édition plus longue emboîte le pas à son tour? Autrement dit, verrons-nous « l’autre » XCR abandonner la gamme Switchback (avec sa suspension à charnière Pro-XC) pour une plateforme basée de près sur la nouvelle Indy XC 137? Nous croyons que oui. Après tout, la version rallongée de la suspension couplée Pro-CC fait un excellent travail dans pratiquement toutes les conditions, ce qui n’est pas le cas avec la Pro-XC. D’un point de vue économique, une nouvelle Indy XCR 136 serait logique aussi sur le plan de la gestion de l’inventaire, puisqu’elle permettrait de réduire le nombre de versions et de pièces à fabriquer et à garder en stock.

Photo : XCR,  Il y a fort à parier que la version « longue » de la XCR 2021 aura une suspension arrière sans charnière…

Polaris

La 600R 2020

L’annonce de ce nouveau modèle a carrément passé sous notre radar. Nous avons enfin obtenu des informations concernant le bolide de snocross Polaris, soit la célèbre 600R, pour la saison 2019-2020. Alors que celle-ci demeure relativement inchangée comparativement à la version 2019, la division des courses de Polaris a tout de même apporté quelques mises à niveau censées améliorer ses performances en piste. Cherchant à améliorer les départs, on a remplacé la chenille par une nouvelle affichant un nouveau design nommé Wolverine. On nous dit que celle-ci, qui se distingue par son utilisation de talons droits de pleine largeur, améliore à la fois l’accélération et le freinage. De plus, on nous parle d’un meilleur rendement dans les virages. Si l’on se fie à notre expérience avec la chenille Backcounty qui, elle aussi, est équipée de talons droits, nous pouvons croire que la Wolverine permettra au train arrière de glisser (un peu comme une lame de patin) vers l’extérieur du virage avec une certaine rapidité. Cette même diminution de traction latérale ne devrait pas poser trop de problèmes en piste, toutefois, puisque les circuits sont recouverts d’une couche profonde de neige démêlée qui devrait freiner les dérapages excessifs.

Toujours dans les nouveautés, les rails de suspension présentent un nouveau profil censé améliorer l’accélération et une tringle révisée entraînant l’amortisseur avec une nouvelle géométrie mieux adaptée pour absorber les grosses bosses. Sans grande surprise, la calibration des amortisseurs Velocity de Walker Evans a aussi été peaufinée pour 2020. Enfin, l’angle de la portion arrière du tunnel a été révisé, tout comme la forme du banc, cette dernière étant élaborée pour optimiser la position du pilote et améliorer la stabilité de l’ensemble.

Ces articles pourraient vous intéresser